NARAYA

Le Jeu du Royaume de Naraya
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sur les terres de GranChance.

Aller en bas 
AuteurMessage
Elminster de Granchance

avatar

Nombre de messages : 16
Age : 31
Lieux de résidence : N'importe où sous le ciel étoilé
Rayens : Baron
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Sur les terres de GranChance.   Mar 17 Avr - 22:41

Un rayon de soleil tira le jeune Baron de son sommeil. Encore à moitié hébété, il s'étira et faillit perdre l'équilibre. Il tendit le bras et se rattrapa in extremis, et partit d'un grand éclat de rire. Il s'était encore endormi au sommet d'un arbre! Ca faisait partie des petits plaisirs qu'il avait découverts avec la mort de son père. Il faut avouer que passer sa journée à se prélasser sous les feuillages ou même dans les branchages, ça ne faisait pas partie de l'éducation nobiliaire type! Mais maintenant qu'il avait retrouvé un semblant de liberté... Il en profitait!

Cela dit, c'était une façon relativement inconfortable de passer sa nuit. Son rêve, là, tout de suite: un bon bain chaud! Encore un peu engourdi, il se laissa tomber plutôt qu'il descendit de l'arbre, arrachant le dos de sa chemise. Avec une grimace, il la retira.

- Et encore une de perdue! Bah, après tout, ça me fait gagner du temps, c'est ça de moins à enlever!

Il partit en direction du manoir familial, en courant comme un dératé, faisant flotter les lambeaux de son vêtement à bout de bras, tel un étendart. Arrivé devant les douves, essouflé, il hulula trois fois; c'était le signe annonçant son retour.
Pendant que le pont-levis descendait avec fracas, Elminster quitta, à regret, son état d'esprit de jeune fou pour reprendre son rôle de Seigneur du Domaine. Il avait eu suffisemment de mal à imposer son autorité à travers sa jeunesse, à la mort de son père, pour laisser son brin de folie ruiner tous ses efforts! Dignement, portant sa chemise en écharpe, il traversa le pont, adressa un signe de tête sec aux gardes et poursuivit son chemin vers la résidence de son enfance, saluant au passage les quelques habitants déjà sortis. Devant l'imposant Manoir, il ne put s'empêcher de retenir son souffle, comme à chaque fois.



Ce bâtiment, si beau, si imposant, et si froid... Parfaite métaphore de sa fonction... Cela lui rappella qu'il avait décidé de partir. Aujourd'hui. Il rentrait juste pour se délasser, et surtout prévenir sa mère.
Il entra donc, et se rendit dans l'aile qui lui était réservée. Le vestibule immense lui renvoyait l'écho de ses pas. Ce bruit lui donnait des idées... Le regard pétillant, il s'assura d'un coup d'oeil rapide qu'il n'y avait pas de domestiques dans les parages, puis, après une grande inspiration...

- WOUWOUWOUWOUWOUUUUU!!!

Il hurla dans l'escalier en colimaçon, se noyant dans l'écho de sa voix. Quelque part, au fond du couloir, une porte claqua, et une voix ensommeillée s'éleva. - C'est vous, Baron?
Elminster reconnut à qui elle appartenait. C'était Trinidad, son plus vieil ami, celui qui l'avait élevé avec son père. Plus qu'un simple domestique, c'était un membre de la famille, comme son grand-père, même s'il restait avec ceux de son rang. Le jeune garçon sourit. Evidemment, il devait avoir passé la nuit à l'attendre, et lui venait juste de le réveiller!
- Oui, Trinidad! Je vais dans mes appartements, fais-moi préparer un bon déjeuner, et recouches-toi!
Pas une protestation ne s'éleva. Il devait être vraiment fatigué, pour ne pas le contredire!

Le Seigneur de GranChance entra donc dans ses quartiers. Rapidement, il prit un baquet qu'il remplit d'eau et le poussa près de la flambée qui l'attendait dans la cheminée. Le Manoir commençait déjà à se réveiller, il entendait le tintamarre des cuisines, les cris des bonnes affolées... Et lui qui n'était pas encore prêt, alors que cette journée s'annonçait comme la plus importante de toute sa vie! Il se débarrassa de ses habits et entra dans l'eau. Tout en se lavant, il réfléchit à l'organisation du jour.


Dernière édition par le Mer 18 Avr - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elminster de Granchance

avatar

Nombre de messages : 16
Age : 31
Lieux de résidence : N'importe où sous le ciel étoilé
Rayens : Baron
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Sur les terres de GranChance.   Mer 18 Avr - 11:47

Propre et frais, ayant passé une nouvelle tenue, le jeune Baron se rendit aux cuisines. Son arrivée sema la panique. Le maître des fourneaux, mal à l'aise, vint vers lui et s'inclina.

- Excusez-moi, Seigneur, mais nous n'avons pas fini, nous venons juste de recevoir vos ordres, et...
- Il suffit! Je connais très bien les limites de temps, alors retournez à votre travail au lieu de perdre votre temps en excuses inutiles! Je passais juste prendre une tranche de pain, pour patienter justement, et vous faire savoir que cette collation devra être servie dans le petit salon de ma mère.
Avec un sourire, il ajouta: - Et faites-moi cette pâtisserie que vous seul savez si bien réussir... Je pars en voyage, alors si vous pouviez me faire un baluchon de provisions... Je vous en serais reconaissant!

Sur ce, il quitta les lieux. Il faisait grand jour maintenant. Le soleil était clair, le chant des oiseaux et l'odeur de la nature qui s'éveillait le mettait de bonne humeur. Sifflotant un air que leur troubadour leur avait rapporté, à leur dernier banquet, Elminster s'avançait lentement vers la chambre maternelle. Il ne savait pas encore comment il allait le lui annoncer au moment où il allait frapper à sa porte, mais il était confiant, il saurait trouver les mots au fur et à mesure, et puis, qui sait? Peut-être ne lui demanderait-elle pas d'explication!
Une voix douce l'invita à entrer. Il poussa la lourde porte et trouva sa mère avec sa camériste. Tiens, elle était nouvelle, et plutôt jolie... Le jeune homme s'ébouriffa les cheveux et décocha un sourire charmeur à la jeune demoiselle.
- Si c'est pour jouer les jolis coeurs que vous êtes venu, vous pourriez au moins avoir la décence de saluer votre vieille mère!
Les deux femmes se mirent à rire. Essayant de garder son sérieux, il fit une révérence des plus théâtrale à chacune d'elle. D'un geste de la main, la Dame congédia son aide et alla s'installer dans son petit salon. Son fils la suivit, et s'assit en face d'elle.

- Elle est charmante, ta nouvelle!
- Oui, pas mal pour une fille de peuple! Mais ne va pas me la rendre folle comme la denière, celle-ci m'est trop précieuse!
- Bien, je te le promets, de toute façon...


L'arrivée des domestiques portant leurs plats le coupa. Pendant qu'ils préparaient la table, le Baron se cala dans son siège et observa sa mère. Elle aurait mérité d'être une princesse... Elle était vraiment très belle, avec ses longs cheveux d'or et ses yeux d'émeraudes, qu'elle lui avait donnés, et la bonté irradiait de toute sa personne. Par contre, cette bonté sans limite, ça, elle ne l'avait pas partagée avec lui, du moins pas totalement!

- Tu voulais me dire quelque chose, je crois...
- Euh oui, écoutes, voilà. J'étouffes au domaine, j'ai envie d'en sortir, de voir comment la vie se passe, dans le monde extérieur. J'ai envie de connaître cette cour royale dont m'avait tant parlé Deryn. J'ai envie de savoir si je serais capable de me débrouiller seul. J'ai envie... de vivre pour moi, tout simplement, Lena!
- Deryn, Lena... Tu ne pourrais pas être comme les autres enfants et nous appeller Père et Mère? Et qu'adviendrait-il de nos terres, si tu pars?
- Je te fais confiance, tu sauras les gérer pour moi! De toute façon il ne s'agit pas d'une question mais d'une annonce que je te fais. Nery et moi partons.

Sa mère éclata de rire. - Bien sûr, toi et ton cheval... La brave bête! Eh bien, cela tombe très bien que tu veuilles partir maintenant. Un messager vient de m'apprendre que la royauté est secouée; nous avons changé de souverain. Tu vas te rendre à la capitale pour lui présenter notre allégeance. En passant, tu iras saluer la maîtresse des terres voisines, il y a eu du changement de ce côté-là aussi. Maintenant suis-moi.

Lena se leva et se dirigea vers l'armurerie du Manoir. Encore sous le choc, Elminster ne lui emboîta le pas que de manière machinale. Lui qui s'attendait à de la résistance de la part de sa mère, voilà même qu'elle l'encourageait à s'en aller! Il trouva sa mère une rapière à la main. Oh oh, finalement elle était peut-être plus en colère qu'il na l'avait cru! Il tenta de l'amadouer en plaisantant.

- Je me rends, je me rends! Je viens juste de mettre ma plus belle chemise, ça serait bête que tu y fasses un trou!
- C'est toi qui est bête, va! C'est une rapière qui est dans la famille depuis des générations. Quiconque te verra porter cette arme si particulière sauras que tu es un GranChance.

Le jeune homme prit l'arme en main et fit quelques mouvements de combat. Elle était légère, maniable, mais surtout d'une étrange couleur.
- Le tatouage ne suffisait pas? Et pour être particulière, ça... Tu es sûre qu'elle est efficace? Je n'ai qu'à moitié confiance dans une lame violette, moi...
- Si tu penses que ton tatouage peut te défendre, laisses ça ici! Si elle est violette, c'est qu'elle est constituée d'un alliage d'acier et d'améthystes broyées, ce qui lui donne une résistance et un aspect mortel hors normes... Maintenant embrasses-moi et sauves-toi. Une fois à Naraya, demande le Manoir des Visiteurs. J'y enverrais un coursier avec quelques-uns de tes effets personnels.


Tout excité par l'aventure qui l'attendait, le Baron serra sa mère dans ses bras et partit au pas de course, non sans avoir pris un ceinturon au passage. Il déboula dans les cuisines, esquissa quelques pas de danses avec une servante avant de prendre son baluchon de nourriture, puis, toujours aussi rapidement, il fonca vers les écuries. Là, il trouva Nery harnaché comme pour la parade. C'était une belle et robuste bête à la robe noire et aux crins blancs. Intrigué, Elminster fit le tour de sa monture et se retrouva face à Trinidad. Evidemment, lui seul savait aller au-devant de ses besoins...
- Dites donc, jeune homme, j'espère que vous ne comptiez pas partir sans passer me saluer?!
- Evidemment non, Trinidad, je savais que tu serais là! répondit-il avec aplomb.
Il passa un bras autour du cou du vieil homme. Ne t'en fais pas, je m'en vais, tu seras tranquille, pour une fois! Tâche d'en profiter!
- Vous êtes vraiment le pire garnement que j'ai eu à m'occuper, mais vous allez me manquer... Revenez-nous vite, et en un seul morceau!

L'émotion que lui témoignait son ami le touchait. Pour ne pas montrer que ce départ le touchait aussi, il passa son ceinturon et y glissa la rapière, puis il mit le pied à l'étrier.
- Ne t'en fais pas, personne ne me fera quoi que ce soit. Prends soin de ma mère, du domaine et de toi! Je reviendrais bientôt!!

Sur ces mots, il partit au galop, disparaissany à l'horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sur les terres de GranChance.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» draft M11 - roanne mercredi 4 aout // draft terres natales date à determiner
» A la conquête des Nouvelles Terres
» Un groupe de goblins qui va conquerir les terres du mileux
» Wasteland : les Terres Gâchées
» Une très belle série à suivre : Terres Indiennes sur ARTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NARAYA :: EXTÉRIEUR DES MURS :: Les Domaines-
Sauter vers: