NARAYA

Le Jeu du Royaume de Naraya
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La ferme des Beaudelle

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Claire Beaudelle
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 108
Lieux de résidence : Naraya, près de la capitale
Rang : paysanne
Rayens : 150 rayens de bronze par jour
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Mer 31 Jan - 11:07

Claire regarda David qui vint tout de suite auprès d'elle pour soigner la petite blessure sur son doigt et se sentit troublée.

Citation :
- Vous avez de douces mains de femmes Claire, elles sont loin d'être comme celle d'un fermier ou d'un soldat. Les femmes, ne sont-elles pas les créatures les plus délicates et fragiles que Dieu a mises sur la terre? C'est pour cela que nous devons vous honorer.

Claire baissa les yeux. Ce que David disait était si beau. La jeune femme ferma les yeux un instant.

-David, s'il-vous-plait...Je...je crois que mon doigt va mieux...

Claire retira sa main. Elle ressentait de l'affection pour David, car il était son ami, mais comme son coeur était désespérément en manque d'amour depuis peu, elle avait peur que les paroles si belles, mais pourtant habituelles de David ne l'amadoue au point qu'elle tombe amoureuse de lui. Il était hors de question que ça arrive. Il était soldat de la garde royale, un homme qui avait vécu tant de chose et qui ne saurait que faire d'une jeune fermière comme elle. Claire tenait à l'amitié de David et ne voulait pas perdre pour rien au monde. Si elle tombait amoureuse, elle savait qu'elle ne pourrait plus le revoir, par crainte de trop souffrir. Elle se força à sourire.

-Vous savez David, je ne crois pas être fragile!

La jeune femme éclata de rire.

-Mon père trouve même que je devrais être plus féminine!...

Elle tentait de repousser la si belle phrase de son ami. Elle ramasse le travail de couture qui était maintenant par terre et alla le mettre dans une armoire. Elle revint dans la cuisine, prit place à la table encore une fois et bu une grande gorgée de vin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Cartier
Admin
avatar

Nombre de messages : 194
Age : 36
Lieux de résidence : Naraya
Rang : Garde Royal
Rayens : Soldat
Date d'inscription : 29/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Jeu 1 Fév - 15:59

Quand Claire parla de son doigt, David pencha les yeux et il constata que c'était vrai. Il se releva et il rangea le mouchoir dans sa poche. Il s'assit confortablement et il prit une gorgée de vin. C'était vrai qu'il était délicieux. Le père Beaudelle, comme David l'appellait, faisait une excellente boisson.

Maintenant, Claire dit qu'elle devrait être plus féminine. David ne put s'empêcher de lacher un léger ricannement. Il baissa les yeux pour regarder son verre de vin ensuite il releva la tête pour regarder Claire et lui dire:

- Je suis sûr qu'il plaisante votre père.

David saisit le verre de vin et il le leva tout haut. Il dit:

- Je propose que nous buvons à la santé de votre père. Un homme bien, pour le peu d'hommes biens qui existe encore dans ce monde.

Les verres de David et Claire se frapèrent et David but une gorgée à la santé du papa de Claire.

_________________
Each time I drew my sword, I don't consider what I was killing, but what I was allowing to live...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Beaudelle
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 108
Lieux de résidence : Naraya, près de la capitale
Rang : paysanne
Rayens : 150 rayens de bronze par jour
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Jeu 8 Fév - 1:05

Claire but aussi et reposa son verre, en proie à un malaise qu'elle ne savait pas briser.

-Euh...reprendriez-vous du vin?

La jeune femme ne savait pas quoi dire d'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Cartier
Admin
avatar

Nombre de messages : 194
Age : 36
Lieux de résidence : Naraya
Rang : Garde Royal
Rayens : Soldat
Date d'inscription : 29/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Jeu 8 Fév - 22:05

David fit signe de non de la tête. Il déposa son verre de vin et il se leva en disant:

- Je crois que je ferais mieux d'y aller. Demain je dois me rapporter tôt au chateau.

David se dirigea vers la porte d'un pas lent. Il regardait dehors et il voyait que le mauvais gagnait du terrain. Mais bon, se faire tremper, voila ce que David connaissait bien après tout. Alors, il se rendit à la porte et il se tourna une fois rendu. Il dit:

- Claire, vous direz à votre père que son vin est excellent.

Il s'apprêtait à sortir quand il lacha la poignée et qu'il se retourna à nouveau vers Claire, avec un petit demi sourire en coin:

- Je suis heureux que vous allez bien Claire. J'aurais pensé que cet Andrew vous aurais plus de mal émotivement.

_________________
Each time I drew my sword, I don't consider what I was killing, but what I was allowing to live...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Beaudelle
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 108
Lieux de résidence : Naraya, près de la capitale
Rang : paysanne
Rayens : 150 rayens de bronze par jour
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Lun 12 Fév - 11:30

Claire baissa les yeux sur ses doigts qu'elle tripotait nerveusement puis les releva vers David.

-Détrompez-vous Monsieur, il l'a fait, mais pas comme lui ou vous le croyez...

Claire avait besoin qu'on l'aime. Elle était aimée de ses parents, bien sûr, surtout qu'elle était leur seule enfant et qu'elle était née après des années et des années de déception. Mais malgré tout, elle se sentait seule. Andrew l'avait courtisée, il l'avait menée à penser qu'elle était importante pour lui, qu'elle lui plaisait énormément...et finalement, il n'était qu'un courtisan de plus. Quand la jeune femme avait éclaté à l'auberge, elle s'en voulait plus qu'elle ne lui en voulait. Elle avait laissé s'échapper une colère qui lui était directement destinée. Elle avait été bête de croire qu'il pourrait peut-être devenir...enfin...

-Et...Je dirai à mon père que vous aimez son vin...

Claire voulait que David quitte la maison...parce qu'en même temps elle ne voulait pas qu'il parte. Elle ne pouvait jamais parler à personne, sauf à lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Cartier
Admin
avatar

Nombre de messages : 194
Age : 36
Lieux de résidence : Naraya
Rang : Garde Royal
Rayens : Soldat
Date d'inscription : 29/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Lun 12 Fév - 13:28

David inclina la tete gentiment et il se sentait un peu, voir même très triste que Claire fut blessée par les agissements déloyals d'Andrew. Et dire qu'Alice lui faisait confiance. Si elle savait. C'était bien pour dire, David était comme un trou noir à confidence et évènements, tout ce qui lui parvenait demeurait en lui, comme de lourds secrets. À moins d'une necessité extrême, jamais David ne dit ce genre de chose. Il arriverait peut-etre un jour où David allait devenir complètement dingue de tout cela.

Donc, il ajouta:

- Je vais vous laisser Claire. Passez une bonne nuit et vous pouvez me parler... lorsque je suis chez moi. Je passerai dès que je pourrai.

David ne savait que dire de plus. Il avait une personne blessée devant lui, mais bien qu'il soit lui-même pronfondémment blessé par sa propre vie, David ne savait comment agir face aux autres pour les aider.

- Portez-vous bien Claire

Il tourna les talons

_________________
Each time I drew my sword, I don't consider what I was killing, but what I was allowing to live...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Beaudelle
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 108
Lieux de résidence : Naraya, près de la capitale
Rang : paysanne
Rayens : 150 rayens de bronze par jour
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Lun 12 Fév - 17:43

Claire regarda le mystérieux David tourner les talons. Elle avait été blessée, lui encore plus. Avait-elle le droit de se laisser emporter par ses émotions alors que lui s'interdissait d'en avoir pour ne pas souffrir. Elle savait qu'il s'était produit quelque chose par le passé, mais elle ignorerait sans doute quoi pour le reste de ses jours.

-David!

Elle ne put s'empêcher de l'interpeller. Elle était rassurée par sa présence et quelques secondes de plus étaient les bienvenue. Cette fois, elle soutint son regard.

-Passez me voir souvent, s'il-vous-plait...J'aime quand vous venez me voir...

C'était tout ce qu'elle trouvait à dire...ou presque.

-Je...je travaillerai au château dès ce soir. Mon père croit que je ne dois plus travailler sur la ferme. Il dit que ça serait me gâcher...Il m'a fait engager comme servante...Peut-être nous croiserons nous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Cartier
Admin
avatar

Nombre de messages : 194
Age : 36
Lieux de résidence : Naraya
Rang : Garde Royal
Rayens : Soldat
Date d'inscription : 29/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Jeu 15 Fév - 20:27

Citation :
-Passez me voir souvent, s'il-vous-plait...J'aime quand vous venez me voir...

David hocha la tête et il sourit un peu en disant:

- Je viendrai Claire

Claire était maintenant rendue une servante du chateau? Était-ce une bonne chose? Il ne le saurait dire. Après tout, le chateau regorge de mystères et de possibles complots car tous et toutes sont jaloux de la couronne du roi. Mais bon, David sera au moins là pour surveiller quand il y serai. Encore une fois, cela était une bonne nouvelle pour David. Il dit:

- J'espère bien vous y voir Claire. Je vous présenterai des gens d'exceptions. Pour ce qui est de nous y croiser, cela dépendra de quelques facteurs. Mais bon, pour le moment, reposez-vous bien.

David inclina la tête en signe de salut et il quitta la maison, mettant le cap sur sa maison.

_________________
Each time I drew my sword, I don't consider what I was killing, but what I was allowing to live...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crowen
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Jeu 10 Mai - 19:48

Alors que l'homme marcha, il constata combien sa blessure à la jambe avait guérrie.

Le long de la procession, on héla l'annonce qui fut transmise de carrioles en chariots:
"Voilà la ferme des Beaudelles! On y est! Hôla"

Crowen pointa le regard sur le bout de ses bottes: touées. La marche inlassable les avait usées.
Il les retira et plongea ses pieds nus dans la marée d'herbe folle.
Quelques vaches paissaient d'un air passif et imperturbable.
C'était une vision nouvelle pour Crowen.
Sa tête lui tourna.
Il se sentit perdu face à ce caractère rural et si austère. Le crowen de jadis rallia rapidement cette image de rusticité à l'esprit simplet et ignorant de ces habitants.
Il avait tord! Car il était seul et ne avait rien de ce qui l'entourait. Dailleurs, il n'avait nullement l'envie d'en savoir plus..quoique..

Il aperçu Claire en haut du chemin, devant la caravane arrêté. Elle semblait s'entretenir avec son père pour l'intendance et l'accueil des visiteurs. Il remarqua non sans curiosité combien les cheveux roux de la jeune femme fouettaient dans le vent. Comme pour lui montrer une direction à prendre...

Aborbé, par mégarde, son pied attérit dans une sorte de substance molle et malodorante! Les enfants nichés en haut de la carriole à côté se mirent à exploser de rire: l'a pas raté la bouse de vacheuuu
Crowen jura et avec une mine fachée, La mère le secouru en lui lancant un linge humide.
Le malchanceux répara les dégats sans aucun remerciements à l'égards de cette dernière.
Trouvait-il cela comme juste qu'elle lui rende service? Avait-il repris, dans sa frustration, ses mauvaises habitude de souverain? Par mesure de prudence, il décida de renfiler ses bottes.

Lorsqu'il franchit le dernier échelon de terrain, et se situa à hauteur du père et de Claire en conversation.
De là, il put voir enfin au delà de la colline!
La vallée s'ouvrait sur des prés ondulants aux dénivélations alléatoires. Le lacet brillant d'une grande rivière serpentine se faufilait vers un massif montagneux ,minuscule et grisatre.Ce dernier s'étendait sur toute la longueur de l'horizon: serais-ce les monts de Nuschki? s'interrogea Crowen un doigt pos avec concentration contre sa lèvre supérieure.
La voix de Claire portée par le vent parvint jusqu'à ses oreilles.

Mais il observait avec concentration le chemin qu'il avait à parcourir jusqu'à son objectif. Naraya ne semblait plus très loin maintenant.

La fôret de Gaeleine s'étendait tout autour.
A leur pieds, dans un creux composé par les rondeurs des collines, s'étendait paisiblement une grande maisonnée de pierre et de tuiles rouge.
On pouvait constater que le baraquement encadrait une petite cour intérieure. En outre, il y avait une bergerie qui se distinguait de l'ensemble des bâtiments.

Crowen pivota sur ses talons et se rapprocha de Claire et son père

"_Comment se rendre à Naraya? "
demanda t-il avec un accent soucieux dans la voix. Il soupconnait pas que Claire ou son père puisse connaître un moyen d'entrer à la cour du Roi.


Dernière édition par le Mer 16 Mai - 16:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Beaudelle
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 108
Lieux de résidence : Naraya, près de la capitale
Rang : paysanne
Rayens : 150 rayens de bronze par jour
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Lun 14 Mai - 1:19

(HRP: lol de un je crois que tu devrais visiter le topic "géographie" parce que la ferme des Beaudelle est pas séparée de la Capitale par la forêt, elle est presque collée dessus et ensuite ya l'ortographe des noms de lieu qui serait à revoir lol...mais ca va je t'aime quand même lol)

Claire et son père discutaient de la prochaine livraison quand Crowen arriva à leurs côtés. La majeure partie du convoi ne resterait pas à la ferme, ils repartiraient le soir même en direction de la capitale puis de Madeüs. Bien que le voyage ait été éprouvant, M.Beaudelle parlait déja d'un autre périple à sa fille.

-Tu vois, il leur faut encore plusieurs de ses herbes que tu cueilles dans la forêt de Gaëleinne...

Crowen vint donc se planter à côté d'eux à ce moment précis et demanda comment on se rendait à la capitale. Claire le regarda.

-Eh bien ce n'est pas très loin, en fait je m'y rendrai dans quelques jours après avoir fait le plein dans la Grande Forêt...

Agrius n'était pas très loin non plus et s'avança vers le trio quand il entendit Claire parler de la Forêt.

-Si vous le permettez M.Beaudelle, je me propose pour accompagner votre fille dans la Forêt, c'est un endroit peu sûr. Je l'accompagnerai jusqu'à la Capitale ensuite et vous la ramènerai.

Claire regarda Agrius, l'air incertain, puis Crowen et dit:

-En fait j'allais proposer à Crowen de m'y accompagner mais comme vous semblez si dévouer, pourquoi ne pas aussi être du voyage...Mais Crowen, dites-moi, accepteriez-vous de venir avec nous dans la Forêt? Je dois y faire le plein d'herbes médicinales pour les remèdes quotidien de la Princesse Sybile. Je dois ensuite les livrer directement au château donc vous seriez à Naraya d'ici 3 ou 4 jours...

Claire espèrait que Crowen accepte. Bien qu'elle ait trouvé Agrius très gentil et d'un naturel généreux, elle ne l'appréciait pas de la façon qu'il aurait voulu. Elle sentait que le voyage serait long et pénible si Crowen reffusait, mais connaissant son envie pressante de se retrouver dans la Capitale, la jeune fille s'apprêtait à essuyer un refus catégorique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crowen
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Lun 14 Mai - 17:17

Crowen s'avanca d'un pas ferme et repoussa tranquillement du bras Agrius, fixant maintenant Claire d'un regard plus intense:
"_La Princesse Sybille? ...Qui est-ce?" une sorte de curiosité frénétique l'emporta sur la profonde noirceur dont il aimait se draper fréquemment.
C'est avec convoitise qu'il lorgnait son futur proche.
Grimper dans l'échelle social,e s'extraire de la boue dans laquelle il était enlisé; seule Claire semblait être le trait d'union providentiel pouvant le mener au château de Naraya! En effet, sa bienfaitrice recelait des trésors de surprises! Il allait profiter bien entendu de cette opportunité, et l'utiliser comme il savait bien le faire dans son seul intérêt. Avide, sa soif de grandeur balayait tout sur son passage, il le savait, et son esprit était tiraillé entre la raison et la passion du pouvoir.

Cette ambition galopante faisait battre son coeur à toute allure.
Claire se révêlait maintenant comme une sorte de muse possédant les clefs de sa réussite.
Il ne se rendit pas compte qu'il le regardait byzarrement.

La protestation d'Agrius n'arriva pas à détacher l'attention soutenue avec lequel il sondait les yeux de la paysanne. Il ne fallait pour rien au monde que celle-ci soit incommodée. Fallait-il pour autant répondre à ses moindres désirs? Non! Aucunement! Il n'en était pas question! Mais si elle se voyait contrariée, il n'aurait plus l'occasion dexploiter ce filon pouvant le mener près de la cour.

Mais il se redressa et, un demi-sourire satisfait fiché sur les lèvres, s'avanca avec décision vers le père rouquin.
"_Mr Beaudelle. Merci pour vos soins." il sera chaudement le bras de ce dernier comme on le faisait souvent dans son pays. Il retrouvait dans les yeux du père, la générosité de la fille. C'était bon signe...
Le voyageur à la tignasse noire présentait des dehors chalheureux certes, mais au fond de lui, un étincelle d'ambition retors prenait toute l'ampleur de son importance.
"_Vous seriez sans doute rassuré de savoir votre fille escortée par ce jeune homme. Mais veuillez considérer mon experience éloquente en matière de combat" il gonfla ses poumons comme un paon confiant de sa force tranquille, et plissa des yeux rusés en direction d'Atrius.
Si le père doutait de ses dires sincères, il pourait provoquer une esclandre dans la soirée qui déboucherait sur un duel. Evidemment.
Il ne pouvait pas imaginer être vaincu par un freluquet de son gabarit...
Pour Crowen, c'était entendu, il irait malgrès tout avec eux.
Il tourna la tête et lanca à Claire:
"_C'est entendu. J'aimerais vous accompagner."
Car après tout, l'expérience de leur rencontre avec les brigands l'avait suffisamment laissé à réfléchir sur l'importance d'un homme armé comme Atrius. Il fit un moue agacée à l'idée d'être en compagnie constante avec cet individu .


Dernière édition par le Mer 16 Mai - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Beaudelle
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 108
Lieux de résidence : Naraya, près de la capitale
Rang : paysanne
Rayens : 150 rayens de bronze par jour
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Mer 16 Mai - 9:19

Claire répondit:

-La Princesse Sybille est l'aînée des filles du Roi Emerald Le Sage. Elle est très malade depuis des années et a besoin d'un remède quotidiennement. Nous devons donc fournir les ingrédients aux guérisseurs de la famille Royale.

Crowen semblait hautement interessé par le fait que les Beaudelle aient des liens avec le château royal. Il entra en conversation avec le père de Claire et ce dernier accepta que Crowen accompagne sa fille. Il prit toutefois Agrius à part tout de suite après, surement pour lui demander de garder un oeil sur l'inconnu. La mère de Claire sortit de la maison, une main dans son tablier et l'autre juste au dessus de ses yeux pour se protéger du soleil. Le convoi s'était arrêté et tous se ravitaillaient avant de quitter pour le reste du voyage. Claire alla relâcher Soniador dans un enclos avant d'aller serrer sa mère.

Claire était enfant unique, car sa mère n'avait pu mener aucun autre enfant à terme, et donc, elle était ce que ses parents avait de plus précieux. M. Beaudelle revint vers Crowen après quelques minutes.


-Vous dormirez avec nous j'imagine, puisque vous devez partir avec Claire dès demain matin...Il n'y a pas de place dans la maison, mais nous vous donnerons des couverture et vous pourrez dormir dans la grange avec Agrius.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crowen
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Jeu 17 Mai - 12:38

Crowen poussa un profond soupir. Exaspéré il l'était certes. Vu son rang, il aurait bien mérité un lit avec de vrais draps. Auparavant, il n'avait jamais vécu la vie de soldat rude et ingrate: dormir dehors, se priver de vivre, ronger son frein les jours d'ennui... Seulement il devait sans cesse se confronter à cette épreuve maintenant qu'il n'était plus qu'un va-nu pied.

Il en profita pour disparaître du champ de vision de cet inssuportbale et niaiseu Agrius. Rien que sa présente rendait Crowen taciturne et nerveux.
Un homme chauve, le dos courbé, ramassait de la paille échappé de son chariot. il interpella Crowen:
"_Hey mon vieux, on à besoin d'un coup d'main di diou! " l'homme désigna les bottes de paille hissées sur le chariots. La tâche, semblait-il était de récupérer ces dernières et les porter jusqu'à la grange des Beaudelles. Les autres paysans qui avaient parcticiper à la caravane, s'activèrent. Les femmes firent un feu de joie non loin de la ferme, et établirent les chariots tnon loin, comme un rempart entre la plaine et la ferme.
Vu que tout le monde ne logeraient pas à l'intérieur, un camp de fortune s'établissaient progressivement.
Crowen ronchonna et se saisit avec effort d'une énorme botte de foin. Elle était tellement grande, qu'il ne voyait plus où il marchait. Il sentit le pavé de la cour sous ses pieds, et tenta de suivre l'itinéraire éphèmère laissé par la paille tombée. Lorsqu'il franchit le pas de la porte menant à la grange, des enfants jouaient à cache-cache entre les stales. Plus loin, tout au fond du long bâtiment au toit pentu, s'ouvrait une grande porte menant aux écuries. Là-bas, des hommes s'activaient à buchonner et etriller les bêtes d'attelages.

Crowen balança la botte de paille droit devant lui. Un cri de protestation s'éleva brusquement:
"_Fais attention !!! héla un jeune homme.
Il epousseta sa chemise en laine trops courte pour lui et ria à grand éclat: "_t'es pas dégourdit dans le genre! lanca t-il avec naiveté.
Crowen s'approcha de lui et l'attrapa au col.Comment pouvait-il lui parler sur ce ton??! Furibond, il en avait sa claque de tout ce cirque! Le jeune homme était grand, roux presque malingre, le regardait avec stupeur !Sûrement un rejeton de la famille pensa Crowen en souriant.

Il se détendit et relâcha son étreinte.
"_Oui, il m'arrive d'être maladroit. confirma t-il en riant devant l'air ahuri du paysan."Je suis de passage. ajouta-il comme pour montrer qu'il n'appartenait pas à ce monde. Un silence pesant s'établit entre eux.
"L'ami, connais-tu un bon cordonnier ? lanca Crowen sur le ton de la badinerie.

Le rouquin lui indiqua lentement les écuries, l'air vexé:
_C'est Balmir dit-il d'une voix neutre.

Il se dirigea vers les écuries, abandonnant lâchement la tâche qu'il avait dans un premier temps accepté.

Balmir, un vieil homme rougeau, ressemblant à une barrique de bon vin, allumait paisiblement une torche.
En effet, la soir tombait et les ombres bleutées s'étalaient dans tout les recoins des écuries. Crowen observa les stales : une dixaines de bêtes mâchait avec avidité leur ration de foin.
Lorsque la dernière lanterne crépita. Crowen s'avanca et sortir des ombres:
"_Cordonnier Balmir bonsoir!. Le gros bonhomme sursauta du haut de son tabouret.
Crowen désigna ses pieds à l'artisan chausseur:
"_Peux-tu me réparer ses bottes? interrogea t-il avec impatience. Les yeux de son interlocuteur se firent maussades:
"_Retrouve moi au feu de camp à l'heure du gueuleton, c'est là bas qu'est mon matériel.. ronchonna t-il d'une voix allourdit par la lassitude. Mais en attendant il lui lanca une étrille... tu as du travail! il désigna le box derrière lui, où l'animal n'était pas encore débarrassé de son harnachement.

Crowen resta stupéfait. Balmir en profita pour sortir en riant à gorge déployée. Il l'avait bien eu!

L'homme resté seul, regarda stupidement la brosse qu'il tenait entre les mains.
Il soupira d'exaspération et s'avanca vers la stale du cheval:
Soniador!!
Il se gratta le cuir chevelu en froncant les sourcils, l'air idiot.
Claire n'avait-elle pas eu le temps de s'en occupée elle-même? Avait-on passer le mot pour que Crowen se retrouve astreint à cette tâche?Etais-ce une blague? Claire l'avait piégé!

Il fulmina et sortit à la recherche de Claire.
Il se dirigea à grand pas vers le bâtiment principal, et pénétra dans ce qui ressemblait à une salle commune chauffée par une belle cheminée.
là! Il fonça comme un faucon sur sa proie, un sourire vengeur au coin des lèvres. il lui tapota l'épaule.
"_Dites, c'est à moi de brosser Soniador? demanda t-il avec un ton qui se voulait calme et mesuré.


Dernière édition par le Dim 20 Mai - 14:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Beaudelle
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 108
Lieux de résidence : Naraya, près de la capitale
Rang : paysanne
Rayens : 150 rayens de bronze par jour
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Sam 19 Mai - 23:00

Claire était entrée avec ses parents et discutait avec quelques personnes quand elle sentit qu'on lui tapotait l'épaule. Elle se retourna et vit Crowen, à qui elle sourit.

-Oh Crowen! Justement je...

Citation :
Dites, c'est à moi de brosser Soniador?

Claire éclata de rire. L'homme avait l'air si sérieux, si grave!

-Ne me dites pas que vous vous êtes fait refiler cette tâche?

Claire éclata de rire et prit le bras de Crowen.

-Allez! Venez avec moi! J'allais justement m'occuper de ma Soniador...

La jeune femme entraina son ami vers la bâtisse ou l'attendait bien sagement sa jument. Elle poussa la porte et se dirigea vers elle après avoir attrapé une grosse brosse au passage. Elle entra dans le box de Soniador et l'approcha en murmurant des mots réconfortants. Après avoir passé quelques instant à caresser la crinière et le nez de sa jument, elle commença à brosser sa robe noir aux reflets rougeâtres. C'était une bête magnifique! Seule une torche éclairait le box alors que la nuit tombait.

-Alors Crowen...J'imagine que même si je vous demandais de me parler un peu de vous, vous refuseriez de le faire n'est-ce pas?

La jeune femme ne regardait pas Crowen, continuant de brosser Soniador, sa longue chevelure rousse lui tombant jusqu'aux hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crowen
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Dim 20 Mai - 15:04

Il rebroussa chemin, entrainé par son hôtesse.

Il n'avait pas bronché lorsque Claire avait rit, et pourtant, il frémit et une lueur d'amusement éclairait son visage.

Il déplora de devoir donner son bras dans ses conditions...
Il fut chiffonné lorsqu'il remarqua la chemise qu'on lui avait donnée: bleue délavée et déchirée par endroit, elle avait terriblement subie les affres du voyage.

Il appuya une épaule nonchalante contre la paroie du box. Le crépitement de la torche lui intima une quiétude casi religieuse.

Citation :
-Alors Crowen...J'imagine que même si je vous demandais de me parler un peu de vous, vous refuseriez de le faire n'est-ce pas?
Corwen releva les yeux et se donna quelques secondes, non pour réflechir à sa propre réponse, mais pour deviser sur la cause de la question.

Il sa passa la main sur le menton. Sa barbe avait poussée, et il devait remédier à ce détail qui le gêna brusquement.

"_Cela dépend Claire... il se souvint qu'il s'était juré d'être plus conciliant avec elle. C'était une question de savoir-vivre qu'il n'avait au départ pas pris le temps d'établir avec des gens qu'il considérait pour leur classe sociale. Il inspira une grande bouffée d'air. Une agréable odeur de foin, et autre chose. _Il m'arrive de me confier auprès d'avenantes demoiselles. Mais tout dépend les circonstances... Me croyez-vous si méfiant? murmura t-il dans un sourire impregné d'un pointe de sarcasme. Il prennait un ton badin qu'il n'employait autrefois qu'en société. Cela lui fit une drôle d'impression.

Il s'empara d'un cure-pied en fer en se demandant quel était sa véritable utilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Beaudelle
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 108
Lieux de résidence : Naraya, près de la capitale
Rang : paysanne
Rayens : 150 rayens de bronze par jour
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Dim 20 Mai - 17:13

Claire continua de brosser Soniador avec soin. Elle écoutait les mots de Crowen qui se mêlaient avec les bruits de la nuit naissante. Elle leva les yeux un seul instant et l'apperçu dans la lueur de la flamme. Il était différent...Un peu comme s'il n'était pas le même homme lorsqu'il savait qu'il était vu que lorsqu'il l'ignorait. La jeune femme continua son travail puis quand elle eut fini, elle déposa la brosse sur une tablette et alla se poster devant Crowen d'un pas lent. Elle l'observa un instant comme si elle pouvait encore découvrir quelque chose dans le fond de ses yeux.

-Je vais te dire Crowen, ce que je pense de toi...Je ne pense pas que tu sois méfiant, mais plutôt secret...Je crois que tu portes un masque en permanence et surtout...

Elle marqua une pause et sourit.

-...Je crois que tu ne fais pas partie de ce monde...j'en suis convaincue. Tu n'es pas parmis les tiens ici mais pourtant tu y restes, ce qui me laisse penser que tu dois croire que tu en retireras quelque chose. Je ne veux pas savoir ce que c'est, je me contenterai de ce que je sais déja. Je ne dirai rien non plus, mais tu es si facile à démasquer pour un paysan que tu devras faire attention si tu ne veux pas qu'on découvre que tu es...d'un autre rang...

Claire l'avait su dès le premier instant. Il n'était pas en bon état à ce moment là mais il n'était pas un paysan, c'était évident. Elle ignorait ce qui lui était arrivé, surement un grand malheur, mais il semblait ne pas être affecté comme il le devrait. Elle était curieuse...Elle aurait aimé savoir ce qui l'avait mené ou il était.

-Je crois que le destin t'a mit sur ma route et qu'il m'a mise sur la tienne...Je voudrais savoir qui tu es mais si la moindre de tes révélations devait me faire croire que tu n'es pas l'homme bon que je crois que tu es au fond, alors je ne veux rien entendre.

La jeune femme fit un pas en avant en continuant de fixer les yeux de Crowen. À cet instant il n'y avait plus de rang, seulement deux individus dans un moment de vérité.

-Alors Crowen...as-tu quelque chose à me dire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crowen
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Dim 20 Mai - 20:14

Tout dabord, Crowen entreprit de rendre le regard soutenu de son interlocutrice...un regard neutre, prosaique.

Il remarqua que la lumière du flambeau glissait avec indolence sur ses mèches de cheveux roux irisés. Les alentours de l'écurie parurent soudain flou, sans plus d'intérêt.
Les mots prononcés lui était adressé à lui seul.
Cette décision imprévue de le tutoyer rendait les paroles de la jeune femme magnétiques.

Il avait déjà vécu une situation similaire. N'étais-ce pas au bord de la rivière? Quand, emporté par son exaltation il l'avait accusé de faire son malheur! Quel acteur! Seul le désavoeu de sa faiblesse face aux actes impardonnables de son passé y était pour quelque chose. Des histoires de familles...macabres.
Oui, sa propre conscience le tourmentait. Mais étrangement, depuis qu'il avait fui tsa contrée, et qu'il s'était mêlés aux paysans, une sorte de paix intérieure (affligeante selon lui) avait détournées ses craintes intérieures.


Il croisa les bras, et un petit sourire narquois adoucissant ses traits.
L'intriguante Claire semblait si sûre d'elle-même! Il ne se laisserait pas prendre au jeu si facilement.

Citation :
...Je crois que tu ne fais pas partie de ce monde...j'en suis convaincue.
Songeur, il se remémora toutes les questions qu'elle lui avait posée pendant leur voyage.
-Pourquoi êtes-vous si dur Crowen? Qui vous a fait si mal que vous vous sentiez obliger de ne plus rien ressentir?
-Dites-moi, allez vous me faire l'honneur de me révéler votre nom complet, Crowen?

L'homme serra la machoire. Il avait consenti à lui révêler qu'il était Comte. Et cette information le rendait nerveux et très soupconneux. Une prime énorme était offerte à quiconque débusquerait le malveillant Comte de Guimarch? Son cousin craignait la vengeance de Crowen. Il l'avait traqué, certes, mais ca n'avait pas suffit.

Citation :
Tu n'es pas parmis les tiens ici mais pourtant tu y restes, ce qui me laisse penser que tu dois croire que tu en retireras quelque chose. Je ne veux pas savoir ce que c'est, je me contenterai de ce que je sais déja.
Mais c'est qu'elle parlait avec la voix de la sagesse la demoiselle!
Car si elle détenait trops di'nformations, elle mettait sa vie en péril, ou risquait même de le trahir...lui. Sur cette reflexion fugace, il resta sceptique.

Citation :
Je ne dirai rien non plus, mais tu es si facile à démasquer pour un paysan que tu devras faire attention si tu ne veux pas qu'on découvre que tu es...d'un autre rang...
Crowen éclatat d'un rire franc. Elle avait visée tout juste! Mais il serra avec angoisse la porte de la stale de Soniador. Ses yeux étaient devenus très sombres, et il restait fixe, immobile, ténébreux.
Claire ne menacait pas son secret, puisqu'elle lui proposait elle-même de ne pas s'en mêler. Et pourtant, dans son pays, il en avait mis au fer pour moin que ça.

Citation :
-Je crois que le destin t'a mit sur ma route et qu'il m'a mise sur la tienne
Crowen écarquilla les yeux..Il perdit toute son assurance et sa tenssion s'évanouit.

"_Qui je-suis?peut-être, je ne sais pas...je n'ai jamais fait confiance à personne. il se rembrunit et toucha la joue de Claire. Sa proximité lui faisait un bien fou.

Il avait perdu. Elle avait réussie à l'envoûter une fois de plus.
Il abaissa ses barrières et considéra:

"_Claire, tu parles comme une prophète. Ton regard semble lire en moi comme dans un livre ouvert. Que veux-tu savoir? prononça t-il avec une douceur qui lui était étrangère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Beaudelle
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 108
Lieux de résidence : Naraya, près de la capitale
Rang : paysanne
Rayens : 150 rayens de bronze par jour
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Lun 21 Mai - 3:25

La peau de Claire frissona au contact de celle de Crowen. Ses yeux noisettes se fermèrent un court instant pour ensuite continuer de fixer ceux de Crowen.

-Je veux savoir pourquoi j'ai envie de te suivre au bout du monde Crowen. Je suis très attachée à Naraya et à cette ferme ou j'ai grandi mais je sais que si tu me le demandais, je te suivrais aveuglément...personne ne m'a jamais fait me sentir comme ça auparavant. C'est de la curiosité j'imagine. Tu dégages quelque chose que je ne peux identifier...

La jeune femme soupira.

-Je ne veux pas savoir ce que tu faisais avant de croiser ma route...ou peut-être que oui, mais pas maintenant...Je ne veux pas savoir qui tu étais, je veux savoir qui tu es. Parce que seul cet instant précis m'importe. Je veux le savoir parce que je sais très bien que tu ne resteras pas avec moi indéfiniement...Dès que tu le pourras, tu partiras...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crowen
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Lun 21 Mai - 16:29

Ses efforts pour s'éloigner de tout contact social n'avait semble t-il pas élimé la cusiosité de la jeune paysanne. Celle-ci était devenue en une semaine, assez proche de lui pour voir les supplices qui le rongeait intérieurement. Jamais de toute sa vie, il n'avait cru pouvoir s'attacher affectivement à une femme d'une classe pauvre.
A l'époque, bien sûr, il aurait trouvé ça incroyablement stupide et dégradant...

Citation :

-Je veux savoir pourquoi j'ai envie de te suivre au bout du monde Crowen
Comme un souffle soulevé par une toile qui tombe au sol, l'homme ressenti une vive onde de choc, qui sembla lui couper tout juste la respiration.
Crowen aurait voulu lui aposer un doigt sur les lèvres frémissantes...Lui intimer doucement le silence. Elle devait se taire le plus vite possible avant qu'il ne s'égare juste... Il scrutait maintenant la silhouette lascive et séduisante de la jeune femme avec un mêlange de supplice et d'ardeur.
La tourmente lattente qu'elle avait su lui infliger depuis la rivière, semblait se muer en une fougue capricieuse.


Citation :
Je suis très attachée à Naraya et à cette ferme où j'ai grandi emais je sais que si tu me le demandais, je te suivrais aveuglément.
Crowen cligna des yeux.
Jamais une femme ne lui avait adressée aussi franchement une déclaration. Il avait toujours eu une relation d'autorité ou de machination et de manigances avec la gente féminine.. Ce n'était désormais plus le cas.
Contrairement à ce qu'elle déclara, c'était elle qui semblait être capable de le détourner de son chemin. Il hésita entre prévenance et galanterie...

Il prit une résolution. Lentement et avec assurance, il fit un pas en avant, et se heurta à la porte du box...il avait oubliée ce détail élémentaire qui les séparait physiquement. Il ne visait plus qu'une chose : être sous l'emprise de cette muse pour mettre fin à son supplice.


Le reste du discours de Claire fut soudain couvert par un musique entrainante venant directement du dehors. Crowen fronca les sourcils; et impassible, en profita pour se faufiler dans le box jusqu'à elle:
http://www.radioblogclub.fr/open/104859/altan/Altan_The%20Boxty%20Set

Le camp semblait être devenu lieu de fête des paysans, et un groupe de musiciens, entamait une gigue des plus entrainantes.
Il songea qu'ils n'étaient plus seuls maintenant, et se confronta nez-à nez avec la réalité qui l'entourait.

Mais, un sourire espiègle de gamin s'afficha sur son visage:
"_Une danse ma belle?lanca t-il d'une voix chalheureuse . Il attrapa d'une main sûre la jeune femme par la taille en la faisant tournoyer en riant.

Il avait oublié une chose..... Agrius.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Beaudelle
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 108
Lieux de résidence : Naraya, près de la capitale
Rang : paysanne
Rayens : 150 rayens de bronze par jour
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Mar 22 Mai - 14:07

Alors que Crowen se rapprochait, sans mot dire, Claire le regardait droit dans les yeux. Elle ne détourna la tête que lorsqu'elle entendit la musique et c'est à cet instant que Crowen la saisit par la taille.

Citation :
" Une danse ma belle? "

Claire lui sourit et se laissa entrainée. Près de la maison on avait installé des torches et Mme Beaudelle faisait cuire des épis de maïs et du ragoût. Un peu plus loin, on avait allumé un grand feu de joie autour duquel on dansait au son de la musique. C'est là que Crowen emmena la jeune Claire pour la faire danser. Claire riait et s'amusait beaucoup. Elle était heureuse que Crowen se soit laissé aller de la sorte. Toutefois, un sombre nuage menaçait d'obscurcire cette ambiance si parfaite.

Agrius les observait de loin et sentait la colère le ronger de l'intérieur. Il avait toujours désiré Claire...et maintenant elle se pendait au cou d'un inconnu. Le jeune soldat cracha sur le sol avec hargne. Ses compagnons observaient la scène et tentait de le calmer mais rien n'y fit. L'homme se dirigea d'un pas rapide vers le couple et d'un geste brusque jeta Claire hors des bras de Crowen. La jeune femme trébucha et tomba sur le sol pendant qu'Agrius avançait sur Crowen l'air menaçant. Il empestait l'alcool.

-Sal étranger...tu n'as pas le droit d'approcher cette fille, elle est à moi!

Claire écarquilla les yeux, elle ne pouvait pas croire qu'Agrius ait pu penser qu'elle lui appartenait. Elle se releva avec l'aide d'une femme et se dirigea droit sur les deux hommes.

-Agrius arrête tout de suite! Je ne suis pas à toi, je ne l'ai jamais été!

Le jeune soldat saisit le bras de Claire et le serra. La jeune femme grimaça de douleur pendant qu'il la secouait.

-Tu as toujours été à moi Claire!

M. Beaudelle aperçut la scène de loin et s'empressa de se rendre près du trio.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crowen
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Mar 22 Mai - 16:33

Un silence de plomb regnait maintenant autour du petit groupe.

A la lueur des torches, les plus proches danseurs pouvaient distinguer avec inquiétude l'aura de colère qui englobait "l'étranger".

Lorsque Atrius la menaça, Crowen bondit. Il fonca dans son dos le jeune homme et lui passa brutalement un bras autour du cou. Crowen ressenti comme l'ivresse des rixes de taverne dont il était habitué.
Mais une sorte de détresse l'emportait sur le tout.
Il serra les muscles de son bras pour appliquer une pression plus forte sur les voies respiratoires.
Mais comme Agrius ne semblait pas vouloir lâcher le bras de la jeune femme. Crowen balanca sa jambe en avant et faucha le tibia de son adversaire. Le coup loupa de peu. Atrius réagit et lui enfonca un violent coup de coude dans les côtes.
Crowen se plia en deux et tomba sur un genou.
Il arborait un regard dément, un sourire féroce.
Il eu la présence d'esprit de rouler sur lui-même pour éviter un coup facheux.
Son adversaire s'échoua au sol. Vanné.
Crowen se baissa sur lui et l'empoigna par le col, le soulevant à demi, près à déchainer toute sa rage.
Il lu sur le visage du malheureux une morgue et un dépit borné.
Il avait trops bu.Ses réflees étaient emoussés.
Il se calma et lâcha la chemise d'Atrius, de peur de ne plus pouvoir contrôler ses gestes.

Là, accouru le père de Claire. Il était accompagné de quelques hommes qui mirent fin à la rixe. Des murmures de désaprobations parcoururent l'assemblée formée autour d'eux. Des regards sévères et des oeillades critiques furent lançés à qui-va. Certains s'effrayait au passage de Crowen...ils se souvenaient de ses yeux fous lors du combat.

Crowen ne pouvait plus en supporter d'avantage. Il chercha Claire du regard, comme abasourdi. Lorsqu'il l'aperçu, il évita de marcher directement vers elle, malgrès son inquiétude.

Il aperçu le grand homme roux qui revenait à lui, sûrement pour lui adresser quelques mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Beaudelle
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 108
Lieux de résidence : Naraya, près de la capitale
Rang : paysanne
Rayens : 150 rayens de bronze par jour
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Mar 22 Mai - 17:28

Claire se frottait le bras. Tout s'était passé si vite, elle avait failli être emportée dans la tumulte. Son père passa vivement devant elle. Le regard de Crowen avait rejoint le sien et elle fit un signe de la tête comme pour lui dire qu'elle n'avait rien. Elle le trouva beau, malgré la férocité qu'il dégageait à peine quelques secondes plus tôt. Son coeur bondit soudain. Était-il blessé? Non...il avait seulement l'air un peu essouflé. M.Beaudelle s'adressa directement à lui. Claire eut peur un instant, mais le visage du géant à la chevelure rousse et sel était empli de gratitude. Crowen avait défendu sa fille, comment aurait-il pu lui en vouloir.

-Ça va mon gaillard? Sacré bras que tu as là!...Il faut l'excuser, Agrius n'est pas un mauvais garçon, seulement impulsif...Quant à toi, je te remercie d'avoir fait ça pour ma fille, tu as gagné ma confiance ce soir...Maintenant va, elle t'attend.

L'homme se pencha et aida d'autres hommes à relever Agrius qui tenait à peine sur ses jambes. Quand il reprit un peu ses esprits, M. Beaudelle lui envoya une claque dans le dos de sa grosse et puissante main, si bien que le jeune soldat failli perdre pied encore une fois!

Claire vit les yeux de son père et fut rassurée. Elle était encore sous le choc et ne souriait pas. Ébranlée, elle attendait la suite.

Elle resta plantée là, une main sur le bras, la manche de sa robe déchirée. Quand elle souleva légèrement les doigts, elle pu voir que la poigne d'Agrius avait laissé une marque rougeâtre. Son regard retourna à Crowen. Allait-il venir la voir? Bien sûr, il allait devoir traversé les hommes qui lui tapaient sur l'épaule en guise de félicitation. Dans cette histoire, c'était lui qui avait gagné des points apparemment. Agrius faisait partie d'eux depuis la naissance, mais ce soir, c'était l'étranger qu'on applaudissait alors que la musique reprenait, ainsi que les pas de danse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crowen
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Mer 23 Mai - 18:24

Crowen serra les machoires. Accusant d'un air incrédule les tapes amicales sur ses épaules. Il n'avait jamais vécu ce genre de cérémonie! Que signifiait-elle concrètement? Un signe de chance? Une marque de confraternité? Cela ne lui inspira qu'un soupçon de méfiance. En effet, il préfèrait éviter la foule, un coup de couteau était si vite parti.
Pour les paysans attroupés ce soir autour du feu, cette rixe faisait partit du spectacle, et on congratulait l'acteur pour les avoir bien divertit. Ni plus, ni moin. Des rires gras confirmèrent ses pensées.
Crowen essaya de progresser jusqu'à Claire.


Un homme au nez rouge tituba jusqu'à lui, et lui barra la route.Ses yeux était embué et son crâne chauve ruisselait de sueur: Balmir.
"_Hep mon vieux! t'en vas pas comm' ça . ce dernier sourit et échauffa l'assistance en balancant ses bras en l'air comme pour déclencher un hourra! Il fit un pas de travers, puis retouvit son équilibre en s'appuyant sur un acolyte.
Refile moi tes gaudillots il pouffait de rire.
Le grand brun était impatient, il tenta de l'écarter.
Il seront réparé demain!! beugla t-il en riant pour de bon.
L'homme finit par se déchausser avec exaspération pour qu'on lui ouvre un chemin dans la foule.

Comme la musique reprennait, il sortit de la nasse populaire, et plus personne ne s'occupa de lui.
Enfin!
Toutefois, un groupe de gaillard adossé non loin sur le mur de ferme, semblait les surveiller, malgrès l'air discrétion improvisée.
Probablement des compères du soldat malmené...Un menace encore sourde plannait sur les épaules de l'étranger.
`
Il contourna le grill où rôtisait des épis de maîs; enjamba des débris de tonneau, en dépit des échardes et sauta jusqu'à Claire. Elle semblait lointaine...un peu soucieuse.

Il aperçu sa manche de robe déchirée. Il haussa les sourcils.
L'avait-il effrayée?
_Tu.... vas-bien?
Il se promit de veiller à ce que personne ne lui fasse plus aucun mal. Sur cette pensée, il sentit comme une aiguille qui lui piquotait la nuque. Il se retourna à demi, et son regard tomba sur les trois homme adossés au mur. Pendant une seconde, il comprit qu'il ne serait pas en sécurité cette nuit. Ses soldats allaient-il colporter la rumeur qu'un étranger tente de s'introduire à Naraya. Si toutefois Crowen visait de monter dans les hautes sphères, son image de "héro des paysans allait-il lui nuire.
Il revint à sa bien-aimée.. effacant fugitivement son air passablement préoccupé.

Il ne se priva pas du plaisir de l'admirer. Dans les volutes mordorées de la lumière du grand feu, elle revêtait l'aspect d'une grande reine.
Il imaginait combien les joues de Claire devaient être douces, combien il aimerait passer sa main dans les boucles flamboyantes de ses long cheveux.Une seule étreinte.
Son père lui avait laissé entendre qu'il pouvait courtiser sa fille.
Il souleva avec élégance les doigt fins de la jeune femme et y aposa un doux baiser.

_La tourmente m'est plus atroce encore lorsque je vous sait en péril.il feint les galants homme et mis un genou à terre.. Alors que Crowen se au début prenait au jeu avec dérision, il se rendit compte qu'il était très sérieux.Compte sur moi pour veiller sur toi
La farce devait paraitre grotesque pour les observateurs malveillants.
Baste! Il s'approcha et la serra dans ses bras.


Dernière édition par le Jeu 24 Mai - 19:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Beaudelle
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 108
Lieux de résidence : Naraya, près de la capitale
Rang : paysanne
Rayens : 150 rayens de bronze par jour
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Jeu 24 Mai - 3:30

Crowen fini par rejoindre Claire et la jeune femme eut l'impression qu'il n'y avait plus rien ni personne autour d'eux alors qu'il s'inquièta de son état.

-Oui...oui je vais bien...

Murmura-t-elle, encore un peu secouée. Elle lâcha son bras, laissant le tissu pendre lachement. Le feu continuait de brûler, les musiciens avaient repris leurs airs entrainants...Seul les comparses d'Agrius continuaient de regarder Crowen d'un air mauvais. Claire avait apperçu leur manège du coin de l'oeil mais ne les regarda pas en face, elle était bien trop captivée par le regard nouveau dont Crowen la couvrait.

Citation :
La tourmente m'est plus atroce encore lorsque je vous sait en péril

L'homme se mit à genou, tenant sa petite main dans la sienne, beaucoup plus forte. Le coeur de Claire fit un bond. Malgré l'absence de mots, elle savait ce qu'il lui aurait murmuré, s'il en avait eu la force. Il était enfermé à l'intérieur de lui même, et Claire l'avait vu dès le premier regard. Peut-être était-elle la seule à avoir perçu cela en lui.

Citation :
Compte sur moi pour veiller sur toi

Claire sourit. Elle l'invita à se relever et elle se blottit dans ses bras sous le regard noir des confrères d'Agrius qui devaient surement grincé des dents à cet instant précis. La tête bien calée dans son épaule, elle dit:

-Je le savais bien avant que tu me le dise...

Elle leva les yeux vers lui, ses longues boucles de feu tombant sur le bas de son dos et continua:

-Je t'ai fais confiance dès l'instant ou mon regard a croisé le tien...

Elle resta un moment dans les bras de Crowen avant de reculer d'un pas et de déclarer:

-Je crois que nous devrions quitter la ferme dès cette nuit. Ainsi, tu serais plus en sécurité...Si tu le désires, nous partons dès que j'aurai amassé quelques affaires...

La jeune femme déposa sa main sur la joue de Crowen, un air inquiet déformant légèrement les traits fins de son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crowen
Écrivain
avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   Jeu 24 Mai - 20:29

Une bouffée de désir s'empara de Crowen. Depuis quand n'avait-il pas sentir la chaleur d'une femme dans ses bras? Il enfoui sa joue dans les cheveux de Claire.
On l'avait spolié, dépossédé de ses biens....mais on ne l'avait pas séparé de sa famille. Il n'en avait pas. Pas de responsabilité.Pas de charge. Pas de moyen de pression.
Des histoires sans lendemains échelonnait son parcours. Les femmes, il se les appropriait, puis les oubliait. C'était la loi dure, implacable de son caractère dominateur. Avait-il changé comme
le prétendait Claire? Il ne le savait pas.. Il parcourut du plat de la paume les longue boucles des cheveux de la demoiselle. Il voulut aller plus loin, mais se retint in extremis.
(...)
Dans ce contexte, si loin de chez lui, considéré comme étranger; il sentait que pour une fois dans sa vie, il avait besoin des autres. C'était inadmissible, innacceptable pour lui. Mais seule cette femme là avait réussie à le 'dompter' correctement.
S'il retrouvait l'univers des château et des intrigues de cour, allait-il redevenir un calculateur né?

Il ferma les yeux et respira le parfum suave et boisé des cheveux de sa compagne.

Citation :
-Je t'ai fais confiance dès l'instant ou mon regard a croisé le tien...

Crowen chuchotta d'une voix enrouée, tintée par le fatalisme :
_Cela aurait pu te perdre..


Lorsqu'elle recula, l'homme poussa une légère plainte, inaudible:

Citation :
-Je crois que nous devrions quitter la ferme dès cette nuit. Ainsi, tu serais plus en sécurité...Si tu le désires, nous partons dès que j'aurai amassé quelques affaires...

Il attrapa sa main et l'emmena au coin du bâtiment. Là il déposa ses main sur ses hanches, se pencha vers elle et lui déposa un baiser dans le cou... discret mais brûlant. Il resta dans cette pose et chuchota avec lenteur et malice:

_Mademoiselle, ne dit-on pas chez vous, que les murs ont des oreilles?

Suspicieux et prudent, il redoutait que les hommes de main d'Agrius n'aient saisit des bribes des dernières paroles de Claire. Il ne devaient pas être au courant. Où sinon, une chasse à l'homme pourrait très bien avoir lieu, dans les ombres, en toute discrétion...afin d'éliminer l'intru fugeur, sous couvert de raccompagner victorieux la belle 'Helène" à son foyer natal, et ses parents inquiets.

Il caressa le bras de Claire en remontant doucement sa main le long de son bras,(il s'arrêta sur la manche déchirée) et la regarda dans le fond des yeux. Tout près. Sa chemise bleu sentait le foin, la fumée braisée et l'oliban épicé.

_Tiens-tu vraiment à partir? La nuit les loups rôdent...Il lui fit un sourire ravageur, la taquinant.
Puis il se rappela des brigands.
Il fit une moue dépité Si tu dois aller chercher des herbes médicinales pour la princesse Sybille, alors il va falloir passer par la fôret n'est-ce pas?...Il faut que quelqu'un de confiance nous accompagne.Connais-tu un ami? Il avait du mal à rester concentré, hésitant entre le sérieux de construire un plan adapté à leur fugue, l'urgence de la situation,et la séduction irresistible, l'attrait charnel que lui inspirait la jeune femme.


Aucune grivoiserie ne souillait son regard, il prennait maintenant des manières solennelles et sérieuses l'étroite relation physique qu'il découvrait avec elle. Observant les réactions de Claire d'une manière tout à fait galante,il était près à adapter son comportement de manière naturelle et évasive, s'il celui-là ne lui convenait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La ferme des Beaudelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
La ferme des Beaudelle
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [RP] La ferme persuasion du Dode ? [
» Habbo Néon ferme
» CAGamz Ferme
» Ferran Adria ferme son restaurant El Bulli
» WebHabbo ferme ses portes ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NARAYA :: LA VILLE :: Les habitations-
Sauter vers: